Jean-Louis NAHON

Responsabilités

  • Directeur de Recherche CNRS
  • Directeur de l’équipe « Génomique et Évolution en Neuroendocrinologie » à l’Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire (UNS, CNRS)
  • Directeur de l’UPS 846 CNRS/Station de Primatologie, Rousset/arc

Distinctions

  • Prix Camille Woringer (Maladies du cerveau) de la Fondation pour la Recherche Médicale

Biographie

Jean-Louis Nahon travaille sur un modèle particulier de neuropeptide, l’hormone de mélano-concentration (MCH), dont il a découvert le gène chez les mammifères. Avec son équipe, il a dévoilé le rôle de cette hormone dans le cerveau sur la régulation de la prise alimentaire et la réponse au stress ; il a ainsi établi qu’elle pouvait induire une obésité chronique. Ses travaux sont à l’origine du développement de nombreux antagonistes pharmacologiques, actuellement testés par l’industrie pharmaceutique. Jean-Louis Nahon est par ailleurs internationalement reconnu pour ses travaux sur les gènes spécifiques des primates et leurs rôles dans le contrôle de l’activité cérébrale. Il a proposé un modèle original d’apparition de gènes au sein de « pouponnières à gènes » qui a été validé pour de nombreux exemples de gènes néoformés au cours de la lignée conduisant à l’Homme.

Récemment, Jean-Louis Nahon et son équipe ont mis en évidence que la MCH pouvait réguler l’activité cérébrale en contrôlant les flux de liquide céphalorachidien, qui baigne le cerveau. En effet, la MCH régule le tempo des battements des cellules ciliées qui tapissent les cavités cérébrales et elle pourrait contribuer à prévenir l’hydrocéphalie, l’augmentation du volume cérébral par excès de liquide céphalorachidien. Dernièrement, l’équipe a identifié des facteurs inflammatoires qui contrôlent l’activité des neurones produisant la MCH. Pour la première fois elle vient de décrire une cascade moléculaire liant des messagers du système immunitaire à la production de MCH dans le cerveau ; elle aboutit à la perte de poids et d’appétit lors d’une infection.