MIDISHUC - Micro-diachronie en sciences humaines et conceptions du temps

MIDISHUC - Micro-diachronie en sciences humaines et conceptions du temps

Projet issu de l'AAP #2 de l'Académie 5 Porté par Richard Faure - BCL
MIDISHUC - Micro-diachronie en sciences humaines et conceptions du temps

Cadran Kerylos CNC

Ce projet porte sur l’histoire des idées. Il a pour objectif d’examiner leur rythme d’évolution. Il fait l’hypothèse que ce changement peut se faire en une brève période de temps (mini-diachronie), notamment quand il est influencé par d’autres évolutions, inconscientes elles, comme celle de la langue, ou encore l’appréhension que l’homme a eu et a du temps physique et biologique. Le projet est donc trans- et interdisciplinaire et réunit des chercheurs en linguistique, philosophie, histoire, histoire des sciences, mais aussi biologie et physique.

Pour vérifier notre hypothèse, nous avons choisi d’étudier l’objet TEMPS à la période de la Grèce classique, et notamment la charnière entre le Ve et le IVe siècles avant notre ère, car elle nous offre un observatoire privilégié pour observer ces modifications dans les sciences humaines, qu’elle voit émerger et se former pour la première fois dans l’histoire de l’humanité.

En philosophie, on remarque le passage de : 1/ la détermination du temps comme essentiellement lié à l’altération et au défaut ontologique (Platon), à : 2/ une conception du temps qui le pose comme participant d’une réalité incluant le passage de la puissance à l’acte, et donc d’un temps axiologiquement reconsidéré en tant que principe ontologique participant du concept de changement (Aristote).

En linguistique, la théorie grammaticale, qui apparaît au IVe siècle chez Platon et Aristote, n’a pas de terme pour désigner l’aspect (le temps de l’action considéré dans son déroulement interne, achevé ou en cours par exemple), alors qu’il dispose de mots pour renvoyer au mode (enklisis) et au temps (déroulement externe, passé, présent ou à venir) (chronos).

En histoire, d'une chronologie multiforme fondée sur les généalogies, qui n'exclut pas la conception d'un temps éternel ou circulaire chez Hérodote, on passe avec Thucydide à une rationalisation du temps (création d'un système unifié de datation par saisons).

Ces changements dans l’histoire des idées sont contemporains de changements linguistiques : à cette période, le système verbal du grec ancien semble connaître un changement radical, passant d’un système fondamentalement basé sur l’aspect à un système mixte, où la chronologie externe joue un rôle primordial, ce que l’on peut repérer notamment par des moyens très précis de marquer la chronologie relative.

Enfin et surtout, outre l’évolution des perspectives sur le temps dans ces différentes disciplines, c’est l’étude de leurs interactions et les influences qu’elles ont eues les unes sur les autres qui est le point de mire de notre projet.

 

Partenaires institutionnels

Université Côte d’Azur, IDEX UCAJEDI

Académie 5 : Homme, idées et milieux/ Human societies, Ideas and Environments

Académie 4 : Complexité et Diversité des Systèmes Vivants/ Complex systems

CNRS

 

Chercheurs

Richard Faure. Maître de conférences en linguistique des langues anciennes, laboratoire Bases, Corpus, Langage (UMR 7320)

Emmanuel Golfin, historien de l’Antiquité, Toulouse

Elsa Grasso. Maître de Conférences en Philosophie ancienne, Centre de Recherches en Histoire des Idées, (EA 4318)

Alice Guyon, Directeur de Recherches au CNRS, Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire, (UMR 7275)

Magali de Haro Sanchez, Dr. de l’Univ. de Liège en Langues et Lettres, spécialiste des textes grecs

Corinne Nicolas-Cabane. Ingénieur d'Études CNRS, GéoAzur (UMR 7329)