arrow drop search cross

8 millions de dollars pour étudier la turbulence d’ondes

Le 4 juin 2019, la fondation Simons de New York a annoncé le financement d’un projet portant sur la turbulence d’ondes à hauteur de 8 millions de dollars. Interdisciplinaires et internationaux, ces travaux de recherche mobiliseront des chercheurs en sciences mathématiques et physiques pour mieux comprendre et expliquer la turbulence d’ondes. Université Côte d’Azur fait partie de cette collaboration avec la participation de Giorgio Krstulovic, chercheur CNRS au laboratoire J.L. Lagrange et de Sergey Nazarenko, directeur de recherche CNRS au laboratoire INPHYNI.


Publication : 06/06/2019
Partager cet article :

L’un des enjeux de ces travaux est d’être capable de décrire et surtout de prédire l’amplitude et l’énergie des ondes comme celles des vagues par exemple. D’autres champs d’applications concernent notamment les plasmas magnétisés (vents solaires, plasmas de fusion type ITER), l’optique non linéaire, les écoulements géo ou astrophysiques dans les planètes ou les étoiles en rotation, les ondes gravitationnelles… La problématique centrale est de donner des bases solides à la théorie dite de turbulence faible dans ces différents contextes. Ceci nécessitera des efforts conjoints en mécanique des fluides, physique statistique, théorie des équations aux dérivées partielles ou théorie des probabilités qu’ils soient de nature expérimentale ou théorique.

Le consortium est dirigé par Jalal Shatah du Courant Institute de New York University assisté de Laure Saint-Raymond de l’École Normale Supérieure de Lyon et de Nicolas Mordant de l’Université Grenoble Alpes. Université Côte d’Azur fait partie de cette collaboration avec la participation de Giorgio Krstulovic, chercheur CNRS au laboratoire J.L. Lagrange (CNRS-UNS-OCA) et de Sergey Nazarenko, directeur de recherche CNRS au laboratoire INPHYNI (UNS-CNRS).

Le projet implique également des chercheurs du CNRS (INSIS et INP), de l’École Normale Supérieure de Paris, de l’Université Paris-Diderot et de l’INRIA du côté français, ainsi que de l’Université de Princeton, du Michigan, du Massachusetts à Amherst et de l’Université de Turin.