D’énormes bulles à la surface d’une étoile géante

Le bouillonnement de la surface d’une étoile géante rouge a été observé pour la première fois de manière aussi détaillée. Sur la géante rouge π1 Gruis (1), les chercheurs ont observé des bulles de même nature que celles qui couvrent le Soleil, mais qui, même ramenées à la taille de l’étoile, sont 10 000 fois plus vastes. Ces résultats, publiés dans Nature le 20 décembre, ont impliqué en France des chercheurs du laboratoire Lagrange (CNRS/Observatoire de la Côte d’Azur/Université Nice Sophia Antipolis) et de l’Institut de planétologie et d’astrophysique de Grenoble* (CNRS/Université Grenoble Alpes).


Partager cet article :

Ces motifs, appelés cellules de convection, sont dus au flux de matière qui monte de l’intérieur vers la surface de l’étoile, de la même manière que les bulles formées par l’eau bouillante dans une casserole. Cette prouesse technique équivaut à observer les motifs gravés sur une pièce de 1 euro placée à 230 000 km (un peu plus de la moitié de la distance Terre-Lune). Elle a été obtenue grâce à l’instrument français PIONIER(3) du Very Large Telescope Interferometer (VLTI) de l’ESO, au Chili, qui permet de recombiner la lumière des quatre télescopes pour obtenir une image de meilleure résolution.

(1) Située à 530 années-lumière, dans la constellation australe de la Grue.
(2) Leur diamètre est 100 fois celui du Soleil !
(3) PIONIER est un instrument conçu et réalisé en 2010 à l’Institut de planétologie et d’astrophysique de Grenoble (CNRS/Université Grenoble Alpes), avec des contributions du Laboratoire d’astrophysique de Marseille (CNRS/Aix-Marseille Université), du CEA-Leti et de l’Onera. Il a été le premier instrument capable de combiner par interférométrie quatre télescopes du Very Large Telescope Interferometer (VLTI) afin de reconstituer des images de la surface ou de l’environnement des étoiles. Sa réalisation a été financée par l’Université Grenoble Alpes, l’Agence nationale pour la recherche, le CNRS et le Cnes.
* Membre de l’Observatoire des sciences de l’Univers de Grenoble.