Entretien avec Jean-Marc Gambaudo : « Il faut saisir l’opportunité du changement qui s’offre à nous »

Créée en janvier 2015, la COMUE Université Côte d’Azur continue sa transformation pour devenir « l’Université cible » présentée dans le projet IDEX. Jean-Marc Gambaudo nous explique comment Université Côte d’Azur s’organise aujourd’hui pour répondre aux défis qui l’attendent.


La Comue Université Côte d’Azur fait partie des 25 regroupements universitaires qui composent dorénavant le paysage universitaire français. Son premier défi, durant sa première année d’existence, a été de candidater au programme d’investissement d’avenir 2 lancé par le Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche et le Commissariat Général à l'Investissement en déposant son dossier "UCA Jedi" comme Initiative d’excellence. Pari réussi puisque le 22 janvier 2016, le dossier est sélectionné et une dotation de 58 millions est attribuée à l’enseignement supérieur et à la recherche sur la Côte d’Azur.


« Dans un premier temps, explique Jean-Marc Gambaudo, Président d’Université Côte d’Azur depuis septembre 2015, la COMUE a surtout fonctionné autour de cet IDEX avec un bureau renforcé qui prenait la plupart des décisions, composé du Président d’Université Côte d’Azur et des 4 directeurs de programmes IDEX (NDLR Frédérique Vidal pour la formation, Stéphane Ngo-Mai pour l’international, Sylvie Mellet pour la recherche et Gérard Giraudon pour l’innovation)». Puis la COMUE a commencé à se structurer avec par exemple le rattachement des doctorants à Université Côte d’Azur et sont apparues des questions organisationnelles : « dans un premier temps, j’ai nommé les 4 directeurs de programme IDEX, vice-Présidents pour la formation, l’international, la recherche et l’innovation. Mais les choses ont continué à évoluer et les programmes IDEX ont pris de plus en plus d’importance ainsi que les questions concernant l’Université Cible et il était important à ce moment-là de ne pas se couper avec les membres d’Université Côte d’Azur et notamment de l’UNS. »

A la rentrée 2017, les directeurs de programme IDEX ont donc été repositionnés sur leur fonctions initiales et de nouveaux vice-Présidents ont été nommés :

- Jeannick Brisswalter, vice-Président « Recherche »
- Stéphane Azoulay, vice-Président « Formation »
- Jean-Christophe Martin, vice-Président « Relations internationales »
- Thierry Passeron (CHU), vice-Président « Santé »
- Michel Bernasconi (Skema), vice-Président « Entreprenariat étudiant »
- Sophie Raisin, vice-Présidente « Vie étudiante »
- Philippe Lahire, vice-Président « Finances et systèmes d’information »
- Thierry Marteu, vice-Président « Valorisation »
- Didier Hérouart, vice-Président « Ressources Humaines »

Quatre chargés de mission complètent cette équipe :

- Annie Authosserre, chargée de mission pour les systèmes d’information
- Jean-Christophe Boisse, chargé de mission « Formation continue et relations avec les entreprises »
- Sarah Hurter, chargée de mission « Documentation »
- Julien Gaertner, chargé de mission « Art et culture »

Et Patrick Houdayer (Skema) a été nommé directeur de programme formation suite à la nomination de Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

« La plupart des personnes nommées sont issues de l’UNS qui représente la composante la plus importante en terme d’effectifs mais Université Côte d’Azur est composée de 13 membres et j’aimerais avoir davantage de vice-Présidents issus des autres établissements ; par exemple des chercheurs de l’Observatoire de la Côte d’Azur pourraient être missionnés sur les grands instruments ou les programmes européens », confie Jean-Marc Gambaudo.

Aujourd’hui Université Côte d’Azur se trouve à un tournant de son histoire. Les récents succès remportés par la COMUE aux appels à projets du programme d’investissement d’avenir 3, (nouveaux cursus universitaires, Disrupt campus ou encore les écoles universitaires de recherche) vont réformer notre offre de formation et nos pratiques pédagogiques comme le PIA2 a structuré la recherche. « Et nous devons être en mesure de relever ce challenge et de construire le cœur de cette université cible vers laquelle nous tendons (voir schéma),"  affirme le Président d’Université Côte d’Azur. En ce moment on entame toute une série de réflexions sur cette université cible :

• Comment structurer l'offre de formation au travers des EUR ou « graduate schools » et des nouveaux cursus universitaires « undergraduate », les pilliers sur lesquels devront opérer tous les membres d’Université Côte d’Azur y compris les EPST (CNRS, Inria) ?
• comment chacun des membres s’implique dans cette université cible ? L’UNS va se transformer en cette Université cible ; pour les autres membres, cela dépendra de chacun et dans tous les cas ils devront opérer avec l’Université cible comme ils opéraient avec l’UNS.
• comment cette structure va être administrée ? quelles sont les activités qui vont être centralisées, comment vont s’organiser les EUR, etc.

Voici quelques uns des chantiers auxquels tous les membres d’Université Côte d’Azur vont être confrontés. Des réunions sont organisées entre les différents acteurs pour faire converger vers des actions communes les différents dossiers. « Nous avons aujourd’hui les cartes en main pour changer notre manière de fonctionner et pour construire notre Université de demain » conclut le Président.

 

 

 

Partager cet article :

L'Université cible