[]

Le premier prix Pierre Lafitte décerné à Caroline Bushdid pour ses travaux sur les molécules odorantes

Caroline Bushdid, doctorante à l'Institut de chimie de Nice (Université Côte d'Azur) est la première lauréate du prix Pierre Laffitte visant à récompenser des étudiants en 2ème année de thèse pour la qualité de leur travail et leur lien avec l'innovation. Le prix lui a été remis le 13 octobre dernier à Sophia Antipolis.

Proposé par l'école doctorale en Sciences Fondamentales et Appliquées (SFA) et l’école doctorale Sciences et Technologies de l'Information et de la Communication (STIC) coaccréditées par Université Côte d’Azur et l’Université Sciences et Lettres et animé par MINES ParisTech, ce prix récompense un étudiant en 2ème année de doctorat des écoles doctorales SFA et STIC pour la qualité de son travail et son lien avec l'innovation.

Ce prix a été créé en l'honneur du Professeur Pierre Laffitte, pionnier de la recherche industrielle, ancien Directeur de l'Ecole des mines de Paris (MINES ParisTech) (1972-1984) et Sénateur des Alpes Maritimes (1995 – 2008). Personnalité hors du commun et grand visionnaire, il est à l'origine de nombreuses innovations, parmi lesquelles le développement de la recherche partenariale avec l’industrie et la création de la technopole de Sophia Antipolis, parc de haute technologie.

Pour cette première édition, plus de 20 dossiers ont été reçus. Le vendredi 13 octobre, ils étaient 9 étudiants à venir présenter leur projet de recherche devant le jury.

C'est Caroline Bushdid, Doctorante à l'Institut de Chimie de Nice, qui gagne cette première édition. Elle reçoit un prix de 1000 euros et une subvention de 500 euros pour participation à un congrès international de haut rang.

Le projet de recherche de Caroline Bushdid, sous la direction du Pr. J. Golebiowski au sein de l'équipe "Arômes, parfums, synthèse,modélisation" de l'Institut de chimie de Nice (Université Côte d'Azur), se concentre sur la conception d’un nez biomimétique computationnel. Cet outil informatique permettra de décrypter le code olfactif associé à une molécule odorante, et par extension, d’en prédire l’odeur voir l’émotion qu’elle déclenche. "Ce prix va me permettre de participer au congrès international AChemS aux Etat-Unis. Il me permettra aussi de renforcer nos collaborations à l’international notamment en Irlande, aux Etats-Unis et en Corée, et celles avec nos partenaires industriels du bassin grassois. Même si je n'ai pas encore fait mon choix entre recherche académique ou une carrière dans l'industrie, la reconnaissance du côté innovant de mes recherches est extrêmement motivant."

 

Partager cet article :