arrow drop search cross

Quels sont les indicateurs d’un tourisme durable ?

Un séminaire de deux jours a réuni une vingtaine de personnes dans le Parc Naturel des Préalpes d’Azur les 24 et 25 mai derniers : chercheurs d'Université Côte d'Azur, stagiaires de masters de sept disciplines, acteurs du parc (directrice et chargés de mission, membres du conseil scientifique et du conseil de développement) afin de définir des indicateurs conçus comme outils d'aide à la décision pour co-construire des itinéraires de tourisme durable.


Publication : 28/05/2018
Partager cet article :

Comment, dans les espaces protégés, favoriser un tourisme itinérant, responsable et alternatif conciliant :

  • développement socio-économique, 
  • conservation et valorisation du patrimoine écologique et culturel,
  • respect des territoires et des attentes des habitants et des visiteurs / touristes.

Voilà la question qui anime la recherche INTREPID « INdicateurs TeRritoriaux pour les Espaces Protégés : Itinérance et Développement durable », financée par l’Académie 5 de l’IDEX et accompagnée par la Maison des sciences de l'Homme du Sud Est dans le cadre de son axe 4 « Territoires : construction, usages, pouvoirs ».

Elle vise spécifiquement à définir des indicateurs conçus comme outil d’aide à la décision pour co-construire des itinéraires de tourisme durable. Mais selon deux perspectives originales.

  • La première est de penser la question des indicateurs comme un instrument de décloisonnement entre disciplines  : archéologie (CEPAM), sciences de l’information et de la communication (//TRANSITIONS), géographie (ESPACE), économie et droit (GREDEG), sciences du sport (LAMHESS) et art (Villa ARSON). 
  • La deuxième est de la concevoir comme un dispositif de dialogue et de réflexivité entre chercheurs et acteurs d’un espace protégé. En l’occurrence ici, le Parc naturel régional des Préalpes d’Azur (PNR PA) avec qui l’UNS a signé une convention cadre en 2016. 

La question de recherche a été posée à partir de deux itinéraires de randonnées dans le parc. La réflexion multi-acteurs a bénéficié du cadre méthodologique ARDI mise au point par COMMOD.ORG dans de nombreux espaces protégés et conduite ici par LISODE. Les participants ont ainsi été invités à expliciter les Acteurs, les Ressources, les Dynamiques et les Interactions (ARDI) du projet touristique du PNR et à ébaucher un « modèle conceptuel » de son fonctionnement. Dans le cas de ce séminaire, le format anormalement court de la méthode a surtout permis d’aborder la confrontation des enjeux et des représentations de façon ouverte, dynamique, et impliquante. Elle a dessiné les bases du modèle et affiné les éléments de la problématique d’INTREPID. Elle a aussi démontré l’utilité manifeste d’une telle méthode qui, aux dires des participants, mériterait d’être reproduite dans d’autres cadres, les uns (les chercheurs) dans le montage de projet ou d’équipe de recherche ; les autres (les acteurs du parc) pour favoriser la concertation avec les habitants, enjeu fort des chartes de PNR. Dans tous les cas, chercheurs et acteurs de terrain prévoient de se revoir à nouveau pour exploiter cette belle dynamique.