arrow drop search cross

Université Côte d’azur se mobilise pour les personnels soignants

Devant la difficulté des personnels soignants à se fournir en matériels de première nécessité, la communauté Université Côte d’Azur s'est tout de suite mobilisée pour proposer son aide. Dons de matériels par les laboratoires de recherche, fabrication de visières de protection, les initiatives sont nombreuses mais peuvent encore se développer. N’hésitez pas à nous contacter pour apporter votre précieuse contribution.


Publication : 03/04/2020
Partager cet article :

Bien que l’immense majorité des acteurs de l’Université est aujourd’hui confinée et en télétravail, de nombreuses initiatives ont fleuri afin d’aider le personnel soignant qui se bat chaque jour pour soigner les malades du Covid-19.

100 visières de protection pour les personnels soignants

Jean-Francois Vizzari est Enseignant au département Qualité, Logistique Industrielle et Organisation (QLIO) à l’IUT – Université Côte d’Azur. Son département dispose d’une imprimante 3D pour initier concrètement les étudiants aux procédés de fabrication et à la chaîne numérique de l’usine 4.0. Alors que le confinement se dessinait pour tous, Jean-François, appuyé par les enseignants de son département QLIO et suite à l’appel de Guillaume Rouffiac, directeur associé de Netnco et enseignant vacataire au département QLIO, pour la fabrication de masques pour l’hôpital de Grasse, a une idée en tête : il demande à emporter l’imprimante chez lui, il l’installe dans le garage. Son idée est simple, devant la pénurie de matériel de protection dans les hôpitaux et plus largement pour tous les personnels soignants, il va confectionner des visières de protection. Plusieurs modèles open source circulent sur le web dont un particulièrement intéressant mis au point par PRUSA et diffusé largement par Centrale-Supelec et l’AP-HP. Ce dernier propose la conception d’un modèle particulièrement solide et rigide : la feuille de plastique est tenue en haut et formée en bas, il est flexible et s’adapte à toutes les têtes. Il se compose de trois parties principales : la pièce qui doit être imprimée, la visière plastique (une simple couverture plastique de 200 microns utilisée pour la reliure de mémoires) et 20 centimètres d’un élastique de 20mm communément utilisé pour la confection d’une boutonnière sur pantalon.

« Je suis parti sur ce modèle au départ » nous explique-t-il, « mais il était un peu long à imprimer, environ 5 heures pour une pièce sur notre imprimante, ce n’est pas assez rapide. En très peu de temps, davantage de modèles ont été diffusés et j’ai choisi, avec la Team Maker 3D de l’IUT/UCA, un modèle allégé tout aussi convenable qui demande deux fois moins de temps pour l’impression. En 4h30 j’imprime à présent deux pièces ».

A ce rythme-là, Jean-François sera en capacité de fournir 100 visières en deux semaines. 

« J’attends la livraison par Colissimo de 20 mètres d’élastique, dernière partie manquante. J’ai reçu les feuilles plastique, à réception je pourrai assembler. La dernière partie pour laquelle je n’ai pas encore trouvé moyen de faire, c’est la désinfection de l’ensemble mais je pense que les hôpitaux et les cliniques auront la solution à ce problème minime. J’attends beaucoup des groupes sur Facebook* dans l’amélioration des produits, de leur fabrication et de leur distribution aux personnels soignants.»

La limite dans le temps sera l’approvisionnement en fil. Cette machine utilise un fil PLA ou PETG d’un diamètre de 1,75mm. « Difficile de s’approvisionner actuellement, nous explique Jean-François, mais ce fil est certainement stocké pour d’autres machines au sein de l’Université ou dans nos laboratoires ». 

D’autres de nos imprimantes pourraient se joindre à l’effort de production. D’ailleurs Marie Pelleau, Enseignante-Chercheuse au département informatique – Laboratoire I3S lance demain la production au Fablab du campus Valrose. 

Si vous (ou une personne de votre entourage) disposez d’une imprimante 3D, n’hésitez pas à nous contacter afin de participer à la réalisation de ces visières de protection. Et s’il existe par ailleurs un moyen d’accéder facilement à de l’élastique (20mm) nos « Makers » sont également preneurs. Nous attendons vos idées et propositions !

 

Dons de matériels par les laboratoires de recherche

L’Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire a été précurseur et a dès, le 16 mars fourni, grâce à son réseau,environ 1500 masques FFP2 au Service de Pneumologie du CHU de Nice. La semaine dernière l’Institut de physique de Nice (Inphyni) a également donné des masques, des gants et des vêtements propres aux hôpitaux des Alpes Maritimes. Et la Faculté de Médecine a donné 150 iPad au CHU pour que les patients bloqués en réanimation puissent communiquer à distance avec leurs familles.

 

Ces exemples permettent de montrer que malgré le confinement et la mise en place du télétravail, la communauté universitaire continue de se mobiliser avec les moyens et les savoir-faire qui sont à sa disposition. 

De nombreuses autres initiatives ont dû fleurir au sein de notre communauté universitaire. Contactez-nous afin de vous faire connaître ; cela permettrait de créer un réseau d’entraide afin que les compétences ou le matériel des uns puissent être utiles aux idées des autres.

Contact : Xavier Fernandez – vice-Président Innovation 

 

*Shield–Covid19-06 et Shield–visières solidaires–Covid19–06–Bassin grassois