arrow drop search cross

Vie étudiante : comment combattre des fins de mois difficiles ?

La vie étudiante n’est pas de tout repos. Assurer ses examens en gérant l’aspect financier, social et administratif de la vie quotidienne peut parfois s’avérer compliqué. C’est pourquoi plusieurs actions solidaires ont été mises en place pour vous accompagner.


Publication : 24/01/2019
Partager cet article :

Soutien du Secours populaire, épicerie sociale, Gratiféria, ateliers engagés,  beaucoup de moyens sont à disposition afin d’aider ceux qui en ont besoin. La solidarité est un point primordial pour que chacun puisse s'épanouir socialement et personnellement. Par exemple, le Secours populaire est extrêment engagé dans la vie étudiante et porte des valeurs partagées par Université Côte d'Azur.

Une antenne étudiante menée par le Secours populaire à Carlone

Depuis décembre 2018, le Secours populaire (SP) a mis en place une antenne étudiante sur le campus de Carlone. Une épicerie solidaire a ouvert ses portes au sein du campus (en partenariat avec la FACE 06). Les aides apportées aux étudiants sont multiples : alimentaire, vestimentaire, conseils, médiation, aide dans les démarches administrative. Le SP a toujours eu la volonté d’aider les étudiants et de se rapprocher des universités. Un projet qui s’est concrétisé le 13 juillet 2017 avec la signature d’une convention entre Université Côte d’Azur et l’association. « L’objectif de l’antenne étudiante est de venir en aide aux étudiants de Carlone, au niveau alimentaire dans un premier temps » indique Stéphane Chenevas, directeur adjoint du Secours populaire des Alpes-Maritimes.

« Une belle cause »

Dans le cadre de l’Engagement étudiant, le SP permet également aux étudiants qui le souhaitent de s’engager dans l’association. « Le but, dans les années à venir, serait de multiplier ces antennes étudiantes sur les différents campus, dévoile le directeur adjoint, l’idée est d’être auprès des plus précaires ». La demande de bénévolat ne cesse d’augmenter depuis l’ouverture de l’antenne, Stéphane Chevenas souhaite « sensibiliser les étudiants ». Le directeur adjoint encourage les étudiant « à ne pas hésiter à franchir la porte » s’ils en ressentent le besoin. Une bénévole est présente dans les locaux tous les matins du lundi au vendredi. L’antenne étudiante est « un espace convivial, un lieu d’échange », où le café est offert. Pour en devenir bénéficiaire, les dossiers sont à déposer directement en version papier. Cette belle initiative soutenue par Université Côte d’Azur sera d’ailleurs bientôt inaugurée. Université Côte d’Azur intervient aussi directement dans la Vie Etudiante en instaurant une dynamique collective et solidaire. 

L’épicerie solidaire est une idée qu’Université Côte d’Azur a toujours soutenue. L'AGORAé, gérée par la FACE 06, est présente depuis 7 ans à Nice, et aide des centaines d’étudiants chaque année, face au coût élevé de la vie

Manger mieux et à sa faim

L’AGORAé est une épicerie solidaire qui permet aux étudiants en grande précarité d’accéder à des produits variés de première nécessité. Un projet développé par la FACE 06 (Fédération des Associations et Corporations Etudiante des Alpes-Maritimes) afin de lutter contre la pauvreté : « 1 étudiant sur 5 vit sous le seuil de pauvreté » explique Nina Venditti, responsable de l’épicerie sociale et solidaire. Les bénéficiaires de l’épicerie vivent avec moins de 7€ de reste à vivre par jour. 0,38 € les viandes, 0,12€ le paquet de pates, 0,09 € la brique de lait… L’épicerie est une aide précieuse.

Le reste à vivre par jour, c’est quoi ?

Les équipes de la FACE 06 sélectionnent les bénéficiaires selon des calculs bien précis. Un certificat de scolarité et une pièce d’identité ou un titre de séjour sont demandés pour la composition du dossier. Le dossier est à déposer directement à l’épicerie sociale en version papier, rue d’Alsace-Lorraine à Nice. Vos justificatifs de revenus (salaire, APL, bourse…) et vos justificatifs de dépenses (téléphonie, loyer, transport…) sont requis. Et c’est avec ces factures et ces dépenses, que la commission de l’AGORAé calcule le reste à vivre par jour de l’étudiant.  Laureen, bénéficiaire de l’épicerie, témoigne de la rapidité du traitement des dossiers : « J'ai appris que vivre avec moins de 200 euros restants par mois pour se nourrir constituait une difficulté. Ni une ni deux, j'ai fait mon dossier qui a été validé dans les jours suivants. L’approbation des dossiers se fait toutes les semaines donc la réponse ne tarde pas. Depuis, beaucoup de choses ont changé ». L’étudiante de 24 ans arrive à sortir la tête de l’eau.

Aujourd’hui, l’AGORAé c’est 115 bénéficiaires et des produits alimentaires 85% moins chers qu’en supermarché. Les bénévoles de l’association sont parfois face à des situations critiques : « on travaille avec des assistantes sociales et on fait des colis d’urgence, on a des étudiants qui n’ont plus à rien à manger ». L’année dernière, l’épicerie sociale représentait 15 000kg de marchandises vendues pour 3200 passages en caisse. Un montant total de 6965 € de produits achetés par les étudiants bénéficiaires pour un montant réel qui aurait avoisiné 36 000 € si les achats avaient été effectués en grande distribution.

« L’AGORAé est un projet qui marche et on est content parce qu’on sait que l’on aide les étudiants mais d’un autre côté, c’est triste que ça marche », déplore l’une des bénévoles étudiantes de la FACE 06.

Des partenaires de choix

Les denrées alimentaires sont achetées en gros à la Banque Alimentaire des Alpes-Maritimes puis sont ensuite redistribuées aux bénéficiaires. La FACE 06 est également partenaire de la Ville de Nice qui a mis à disposition un local plus grand en centre-ville, dû à la demande croissante d’étudiants dans le besoin. Aussi, Université Côte d’Azur soutient l’association et son projet d’épicerie solidaire puisqu’elle leur offre chaque année une enveloppe afin de financer le local de l’AGORAé et les produits alimentaires. Au-delà de sa fonction d’épicerie, l’AGORAé est également un lieu de vie, de fêtes, où les étudiants peuvent se rencontrer. L’association organise très souvent des évènements ou des animations qui permettent d’entretenir des liens sociaux.  Aujourd’hui, Laureen se dit toujours préoccupée par ses moyens financiers « mais je sais au moins que j’ai la sécurité de l’alimentation. Je peux même me permettre parfois d’aller boire un verre avec des amis sans trop m’inquiéter. C’est un équilibre à garder entre se faire plaisir et faire attention, quand, avant, il s’agissait seulement de faire attention ».

Recyclez vos objets avec la semaine de la Gratiféria !

Donnez, prenez, partagez. Une Gratiféria est organisée plusieurs fois dans l’année au sein des campus universitaires par Université Côte d’Azur qui développe des actions solidaires dans le cadre de sa démarche éco-responsable. L’idée est que vous puissiez apporter des vêtements, des livres ou tout autre objet pour qu’ils soient ensuite redistribués à d’autres étudiants. Les objets qui sont proposés doivent être en bon état et fonctionnels. Tous les objets restants sont donnés à des associations ou repris par leur propriétaire. Ce grand vide-greniers gratuit s’inscrit dans un esprit de solidarité, de recyclage et de valorisation des déchets. Depuis lundi, la grande semaine de la Gratiféria a été lancée sur tous les campus d’Université Côte d’Azur. En septembre dernier, l’évènement avait réuni 300 participants sur le seul campus de Valrose. Sachez que si vous n’apportez rien, vous pouvez tout de même récupérer des vêtements ou objets sans rien en échange. La prochaine Gratiféria se tiendra la semaine du 29 avril. Préparez-vous !

Dans cette démarche solidaire, Université Côte d’Azur étudie l’idée d’une plateforme de prêt et de don ouverte à tous. Affaire à suivre.

Améliorer votre quotidien avec des ateliers éco-responsables

Toute l’année, des ateliers de solidarité et de partage sont organisés par Université Côte d’Azur afin d’améliorer les conditions de vie sur le campus. Les étudiants peuvent s’engager en tant qu’ambassadeurs dans ces ateliers récurrents. Université Côte d’Azur compte aujourd’hui 100 ambassadeurs sur deux de ces campus.  

  • L’atelier DIY tissus et palette

L’atelier DIY consiste à la réalisation de décoration et de mobiliers à partir de matériaux de récupération. Conception de composteur, de table basse, de canapé, de sommier de lit en palettes récupérées, création de vêtements, vous avez la possibilité de construire toutes sortes d’objets ou de meubles qui vous semblent utiles. Ouverts à tous les étudiants, vous pouvez repartir avec vos productions. Les palettes sont mises à votre disposition. Concernant le tissu, il vous sera demandé, ou pas, d’apporter de vieux tee-shirt ou pantalon par exemple.  Ce type d’atelier co-constructif soutient une démarche solidaire et débutera fin février.

  • L’atelier repair café

Le concept de repair café se développe autour d’une équipe bénévole de réparation d’objets. Vous pouvez alors apporter votre matériel cassé afin de les remettre en état, dans la mesure du possible, autour d'un café dans une ambiance amicale. Sachez que cet atelier essaie de réparer tout objet transportable !  Le premier atelier Repair Café arrivera prochainement sur les campus de Carlone et de Valrose. 

Disco’soup : la chasse au gâchis !

La disco soup’ est un moment de partage limitant le gaspillage alimentaire. A partir des invendus en supermarché et chez les producteurs locaux, différents ateliers permettent d’élaborer des créations culinaires. Mais la disco soup’ s’inscrit surtout dans un esprit festif et solidaire. « Cuisinez ensemble » est le mot d’ordre et les réalisations en atelier se font sur fond musical. Les participants peuvent monter sur scène afin de présenter leur production, s’ils en ont l’envie. Les créations culinaires sont distribuées gratuitement et permettent également de s’engager dans la protection de l’environnement.  La convivialité et le travail collectif sont mis à l’honneur !

Toutes ces actions sont autant de possibilités qui permettent d’améliorer vos conditions de vie étudiante. 

N’hésitez surtout pas à en profiter !