arrow drop search cross

Mesurer l’impact du label Idex sur la recherche : quand l’université est son propre sujet d’étude !

Zoom sur le projet SNIF (Scientific Networks and IDEX Funding)


Publication : 07/06/2019
Partager cet article :

Sélectionnées par un jury international dans le cadre du programme d’investissements d’avenir (PIA) « Initiatives d’Excellence » (IDEX), 20 universités françaises (dont Université Côte d’Azur depuis 2016) bénéficient de dotations spéciales destinées à faire d’elles des pôles pluridisciplinaires d'enseignement supérieur et de recherche de rang mondial.

Comment savoir si les investissements IDEX produisent les effets escomptés sur la dynamique des réseaux de collaborations scientifiques, sur la productivité des chercheurs et sur les partenariats avec l’industrie ?

C’est l’ambition du projet SNIF (Scientific Networks and IDEX Funding),  financé par l’Académie d’excellence « Réseaux, Information et Société Numérique » et l’Ecole Universitaire de Recherche Digital Systems for Humans (DS4H).

Bienvenue à Alberto Corsini, doctorant, qui a rejoint le projet SNIF au printemps

L’équipe du projet, renforcée par l’arrivée au printemps d’un doctorant, Alberto Corsini, va mener des travaux à la fois quantitatifs, via l’analyse de bases de données bibliométriques et de brevets, et qualitatifs grâce à des entretiens semi-structurés avec des chercheurs impliqués dans les programmes IDEX.

 Ces travaux interdisciplinaires seront développés en étroite collaboration avec des chercheurs du laboratoire I3S et d’INRIA, spécialistes de l’analyse des réseaux et des chercheurs du GREDEG et de SKEMA Business School, spécialistes de la sociologie et du management de l’innovation.

 Dans sa thèse, co-encadrée par Patrick Musso, professeur d’économie et coordinateur du projet SNIF et Michele Pezzoni, maître de conférences en économie de la science, Alberto Corsini étudiera les effets des programmes IDEX sur l’évolution des réseaux de collaborations scientifiques. Il se fondera sur une analyse économétrique de données bibliométriques extraites de la base SCOPUS pour l’ensemble des publications scientifiques dont l’un des auteurs au moins était affilié à une institution de recherche française. La période couverte par l’analyse (de 1990 à 2018) doit permettre de quantifier les premiers effets des programmes IDEX mis en place par les universités lauréates des appels à projets PIA initiés en 2011.

 Le premier objectif d’Alberto sera d’identifier l’influence des programmes IDEX sur la nature des collaborations scientifiques développées par les chercheurs des universités labellisées (collaborations internationales, interdisciplinaires, collaborations avec des industriels…). Il s’agira ensuite d’analyser l’impact de ces transformations sur la quantité et la qualité de la production scientifique des chercheurs concernés.

 Nul doute que les avancées du projet seront suivies avec beaucoup d’intérêt par l’ensemble de la communauté scientifique !