Pascal BOILEAU / Christophe TROJANI / Mikaël CHELLI / Gilles CLOWEZ

Responsabilités

Centre Hospitalier Universitaire de Nice (CHU Nice)

Distinctions

  • Grammond Award - European Society for Surgery of the shoulder and the elbow

Biographie

Les prothèses totales d’épaule inversées (PTEI) ont montré des résultats relativement satisfaisants dans le traitement des fractures aiguës de l’humérus proximal. Les résultats concernant les séquelles de fracture (SF) sont moins connus.

Les résultats des PTEI dans les SF dépendent de la migration / lyse du trochiter et/ou de l’atrophie/ absence des muscles rotateurs externes, et du type de séquelles.

Etude rétrospective multicentrique dans 7 services spécialisés en chirurgie de l’épaule, incluant les patients présentant une fracture datant de plus de 6 semaines, traités orthopédiquement ou par ostéosynthèse et repris par PTEI. La classification de Boileau était utilisée pour classifier le type de séquelles. Les patients ont été revus et radiographiés avec un recul minimum de 5 ans et un recul moyen de 8.5 ans.

Entre 1993 et 2010, 118 PTEI implantées pour SF étaient disponibles pour évaluation radio-clinique. Soixante-deux patients (53%) ont présenté une complication post-opératoire dont 51 anomalies trochitériennes (migration, excision ou résorption), et 13 descellements huméraux. Quatorze (12%) ont été ré-opérés et deux définitivement explantés. Le score de Constant moyen est passé de 24 en préopératoire à 53 au dernier recul (p < 0,01), et était le plus bas (41) dans les types II (luxations chroniques). Le Subjective Shoulder Value moyen est passé de 26% à 64% (p < 0,01). L’absence de trochiter en position anatomique au dernier recul était associée à de plus mauvais scores de Constant (50 vs 56 ; p < 0,05), rotation externe coude-au-corps (-4° vs 12° ; p < 0,01) ou en abduction (30° vs 48° ; p < 0,01), et à un pourcentage plus élevé de signes du portillon (67% vs 12% ; p < 0,01) et de descellement huméral (56% vs 11% ; p < 0,02). Un teres minor absent ou atrophié était associé à un déficit de rotation externe et à un taux plus élevé de reprise chirurgicale (16% vs 1,4% ; p < 0,02).

Les PTEI sont une solution viable pour le traitement des SF, mais l’amélioration de la fonction de l’épaule reste modeste, et les taux de complications et de réopérations sont plus élevés que dans d’autres indications. Le taux de descellements huméraux est préoccupant pour l’avenir.

L’absence de coiffe postérieure fonctionnelle ou de trochiter en position anatomique sont des éléments de mauvais pronostic à prendre en compte dans la stratégie chirurgicale et dont il faut informer le patient en préopératoire.