arrow drop search cross

Maison de la Modélisation, de la Simulation et des Interactions


La MSI souhaite la bienvenue à trois nouveaux ingénieurs

Maeva Antoine, Marco Corneli et Jean-Noël Mattei viennent d’intégrer la Maison de la Modélisation, de la Simulation et des Interactions (MSI) d’Université Côte d’Azur


Publication : 07/10/2019
Partager cet article :

La rentrée est dense en recrutements pour la MSI, dont l’équipe vient d’être étoffée par deux experts en science des données, en soutien au Digital Humanities Lab (DHLab), et par une administratrice de moyens de calcul.  Il s’agit respectivement de Marco Corneli, de Jean-Noël Mattei, et de Maeva Antoine.

Au sein du DHLab, le centre d’expertise MSI dédié aux sciences humaines et sociales, la première mission de Marco Corneli est de participer au développement d’une suite d’outils d’analyse TextMining, appelée DeepText, intégrée à la plateforme de recherche Hyperbase Web et développée par le laboratoire de sciences humaines et sociales Bases Corpus Langage (BCL) d’Université Côte d’Azur. Pour mener à bien cette mission, Marco sera chargé d’articuler méthodes statistiques non supervisées et traitement deep learning afin de proposer de nouvelles approches d’analyse de texte.  

L’économie, en plus de la linguistique, étant l’une des sciences privilégiées par le DHLab, l’expertise de Jean-Noël Mattei s’appliquera à l’étude des liens entre les activités et les performances économiques des entreprises, ce qui nécessite la réconciliation d’un ensemble de bases de données hétérogènes provenant d’organismes comme l’INSEE ou de recherches sur Internet afin de procéder ensuite à leur analyse. 

Enfin, Maeva Antoine aura en charge la mise en place et l’administration des moyens de calcul de la MSI dans le cadre du projet OPAL visant à fédérer les différents centres de calcul d’Université Côte d’Azur : ceux d’Inria Sophia Antipolis Méditerranée, de l’Ecole des Mines, de l’Observatoire de la Côte d’Azur et, d’ici la fin du premier semestre 2020, celui de la MSI, qui sera installé sur le campus d’Inria à Sophia Antipolis. Le projet OPAL offrira ainsi une réponse optimale aux exigences de calcul des chercheurs d’Université Côte d’Azur en lien avec les partenaires du territoire.