arrow drop search cross

La couverture santé

cpam

En France, la couverture santé est indispensable pour couvrir les soins médicaux divers (consultation, hospitalisation, médicaments…). Pour être en règle, le scientifique peut :

  • Selon sa situation professionnelle, son pays d’origine et la durée de son séjour s’inscrire à l’assurance maladie française (CPAM/PUMA) – plus d’informations ci-dessous
  • Rester affilié à l'organisme de Sécurité Sociale de son pays d'origine (vérifier qu'il le couvre en France) 
  • Souscrire à une assurance privée dans son pays d’origine : cela ne couvrira pas les accidents du travail.
  • Souscrire à une assurance privée en France : cela ne couvrira pas les accidents du travail.

NB : La tarification des assurances privées françaises est généralement plus élevée que dans les pays d’origine, le scientifique a donc tout intérêt à s’informer sur les tarifs pratiqués par les assurances de son pays.  

 

Comment cela fonctionne en France ?


La CPAM (Caisse Primaire d’Assurance Maladie) est l’organisme auquel le scientifique doit s’adresser pour demander l’obtention de la sécurité sociale. Grâce à cette dernière, une partie des soins médicaux qu’il effectue seront pris en charge. Le taux de remboursement varie en fonction de l’acte médical pratiqué, mais de manière générale, il se situe aux alentours des 60%. En ce qui concerne les médicaments achetés en pharmacie, la prise en charge peut varier entre 15 et 65%. 

Une fois la demande effectuée, la CPAM fait parvenir au demandeur un formulaire de création de carte vitale (qu’il faudra renvoyer avec une photo aux normes en vigueur et une copie de pièce d’identité). Une fois réceptionnée, cette carte lui permettra la garantie d’un remboursement sous cinq jours sur simple présentation de cette dernière auprès des professionnels de la santé effectuant des soins ou lui délivrant des médicaments.

En attendant d’obtenir cette carte, le scientifique peut se rendre chez le médecin et demander une « feuille de soin » qu’il renverra à la CPAM pour obtenir le remboursement du montant qu’il a dû avancer.

Pour être le mieux remboursé, le scientifique doit déclarer un médecin traitant auprès de la CPAM. En effet, tous les médecins généralistes ne pratiquent par les mêmes tarifs en fonction du secteur dans lequel ils sont conventionnés. Par exemple, la CPAM rembourse 16,50 € (soit 70% du tarif conventionnel de 25€ moins le ticket modérateur) par consultation chez un médecin généraliste, qu’il soit conventionné secteur 1 ou secteur 2. Le médecin conventionné secteur 1 applique le tarif conventionnel fixé par la sécurité sociale, c’est-à-dire 25 €. Tandis que le médecin conventionné secteur 2 applique des honoraires libres. Tout dépassement d’honoraire n’est donc pas pris en charge par la CPAM qui calcule le montant de son remboursement en fonction du tarif conventionnel. Il est donc important de déclarer à la CPAM un médecin traitant et de se référer à l’annuaire santé pour trouver un médecin conventionné secteur 1 près de chez soi si l’on ne souhaite pas payer de dépassement d’honoraire.

 

 

Bon à savoir : Le Welcome Center bénéficie d’un partenariat avec la CPAM de Nice, vous permettant ainsi d’accélérer vos démarches. Nous pouvons ainsi vous aider à remplir vos dossiers et les soumettre à la CPAM lorsqu’ils sont complets afin que vos demandes soient prises en compte plus vite. N’hésitez donc pas à nous solliciter.

La variation des procédures en fonction du statut du scientifique :