La signature scientifique d'Université Côte d’Azur

Depuis le 1er juillet 2016, toutes les publications et productions issues des laboratoires, équipes de recherche ou de création d’Université Côte d’Azur doivent porter la signature commune des membres d’Université Côte d’Azur. L’usage de cette signature est impératif ; il conditionne notamment la reconnaissance d’Université Côte d’Azur par la communauté des pairs et sa présence dans les classements internationaux. La direction d’Université Côte d’Azur sera extrêmement vigilante sur le respect de cette signature et mettra en œuvre tous les moyens incitatifs nécessaires pour qu’elle soit correctement appliquée.

Université Côte d’Azur adopte un ordre descendant de sa signature (de la structure la plus englobante à la structure la plus petite) et une présentation monoligne. Ces choix conviennent désormais parfaitement aux performances des nouveaux moteurs de recherche.

L’ordre des établissements tutelles est en principe indifférent. Toutefois, Université Côte d’Azur préconise l’ordre suivant.

  • Pour témoigner de la politique de site commune, il est souhaitable que le nom d’Université Côte d’Azur figure en premier ; le sigle "UCA" est banni car déjà utilisé par d’autres. 
  • Viendront ensuite les noms des établissements tutelles du laboratoire ou de l’équipe auquel ou à laquelle est rattaché l’auteur – à l’exception du nom de l’Université Nice Sophia Antipolis. En effet, la référence à deux universités successivement diviserait par deux l’impact de la publication dans les classements internationaux. A ce stade, il peut être pertinent de commencer par l’établissement employeur ; cet ordre est imposé aux chercheurs Inria des équipes projets communes ; il est recommandé pour les autres (à l’exception des enseignants-chercheurs de l’UNS). 
  • Les noms des établissements seront suivis du nom abrégé du laboratoire et de lui seul. Sont exclus ici les noms développés, les numéros d’UMR ou d’unité INSERM, etc. 
  • L’adresse sera réduite à la seule mention du pays. 

Le nom développé du laboratoire et ses différents identifiants, ainsi que l’adresse complète du laboratoire, seront donc reportés en note de bas de page, sauf format autre imposé par l’éditeur.

Exemples 

  • Signature d’un chercheur OCA de Géoazur : Université Côte d’Azur, Observatoire de la Côte d'Azur, CNRS, IRD, Géoazur, France 
  • Signature d’un enseignant-chercheur UNS de l’iBV : Université Côte d’Azur, CNRS, INSERM, iBV, France 
  • Signature d’un enseignant-chercheur UNS d’une équipe d’accueil, tel le CRHI : Université Côte d’Azur, CRHI, France 
  • Signature d’un chercheur CNRS d’une Equipe-Projet Commune du LJAD : Université Côte d’Azur, CNRS, Inria, LJAD, France 
  • Signature d’un chercheur Inria d’une Equipe-Projet Commune du LJAD : Université Côte d’Azur, Inria, CNRS, LJAD, France 
  • Signature d’un chercheur Inria d’une Equipe-Projet Inria (non commune) Université Côte d’Azur, Inria, France 
  • Signature d’un enseignant de SKEMA dans une équipe du GREDEG : Université Côte d’Azur, SKEMA, CNRS, GREDEG, France 
  • Signature d’un enseignant de SKEMA hors UMR : Université Côte d’Azur, SKEMA, France 
  • Signature d’un hospitalier ou d’un hospitalo-universitaire du C3M : Université Côte d’Azur, CHU, INSERM, C3M, France 

La même règle vaut pour les personnels des partenaires d’Université Côte d’Azur :

  • Signature d’un chercheur INSERM du C3M : Université Côte d’Azur, INSERM, C3M, France 
  • Signature d’un chercheur INRA de l’ISA : Université Côte d’Azur, INRA, ISA, France

Cas particuliers  : Pour les enseignants-chercheurs de Paris 6 Université Côte d’Azur, UPMC, CNRS, OCA, IRD, Géoazur, France