arrow drop search cross

Conférences histoire de l’art

Université Côte d’Azur, les Musées Nationaux des Alpes-Maritimes et l’association des amis du Musée national Marc Chagall organisent un cycle de conférences en histoire de l’art.


Publication : 03/10/2018
Partager cet article :

Mardi 11 février 2020 – 19H – Musée Chagall à Nice 

Giotto, l’œil et le regard, conférence de Victor I. Stoichita.

Entrée libre

Giorgio Vasari, le « père de l’histoire de l’art », n’aimait pas spécialement la façon dont Giotto représentait les yeux. Bien qu’il célèbre l’art de ce dernier comme un art des « attitudes » et des « affetti », et en dépit de la remarquable vivacité de certaines têtes, la représentation giottesque des yeux dérange l’historien. Un autre point d’étonnement concernant la Vie de Giotto écrite par Vasari, concerne l’absence de toute mention concrète du chef-d’œuvre qu’est la décoration de la Chapelle Scrovegni de Padoue.  Une cécité qui intrigue.

J’ose imaginer que si l’auteur des Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes avait eu la possibilité de considérer de près et avec l’attention due les fresques que Giotto réalisa peu après 1300 à Padoue, il aurait reformulé radicalement son opinion, car la décoration de la Chapelle révèle en effet, dans un jeu de correspondances subtil, l’attention fine que Giotto portait aux pouvoirs d’action des regards.

Victor I. Stoichita est docteur ès lettres, après des études d’histoire de l’art successives à l’Université La Sapienza de Rome, à l’Université de Munich et à l’Université de Paris I - La Sorbonne. Professeur ordinaire d’Histoire de l’art des Temps modernes durant 28 ans à l’Université de Fribourg (Suisse), il est actuellement professeur invité à la Freie Universität de Berlin et au The Harvard University Center for Italian Renaissance Studies de Florence. En 2014, il a été titulaire de la Chaire du Louvre, en 2015 titulaire de la Chaire Internationale Francqui, en 2016 titulaire de la chaire Erwin Panofsky auprès du Zentralinstitut für Kunstgeschichte de Munich, en 2017 titulaire des « Berenson Lectures » à la Villa I Tatti de Florence et en 2018 titulaire de la Chaire européenne du Collège de France. Il est auteur de nombreux ouvrages d’histoire de l’art, traduits dans une quinzaine de langues.

Entre autres : L'Œil mystique : peindre l'extase dans l'Espagne du Siècle d'or (2011) ; The Pygmalion Effect (2008) ; Figures de la transgression (2013) ; L'Image de L'Autre: Noirs, Juifs, Musulmans et "Gitans" dans l'art occidental des Temps modernes (2014) ou encore L'Effet Sherlock Holmes. Variations du regard de Manet à Hitchcock (2015).

 

 

Mardi 3 mars 2020, à 19h – Musée Chagall à Nice

Géopolitique du musée, conférence de François Mairesse

Entrée libre

La popularité du phénomène muséal ne cesse de grandir. Leur nombre est actuellement estimé à près de 60.000 à travers le monde, bien que cette estimation soit sans doute sous-évaluée. A travers ce réseau global, fédéré par un certain nombre d'associations internationales, se dessine une culture particulière dont les objectifs ne sont pas seulement scientifiques ou culturels mais de plus en plus clairement économiques et politiques. A l’aune du soft power et des enjeux de l’économie de la créativité, le musée se présente comme le révélateur d’un monde particulier, reflet du marché de l’art ou vitrine de la technologie, mais aussi symbole des stratégies de domination mondiale développées par les grandes puissances.


François Mairesse est Professeur d’économie de la culture et de muséologie à l’Université Sorbonne nouvelle - Paris 3 (CERLIS, CNRS, labex ICCA). Il enseigne également la muséologie à l’Ecole du Louvre. Il a auparavant dirigé le Musée royal de Mariemont en Belgique (de 2002 à 2010). Il est président du comité international de muséologie de l’ICOM (ICOFOM). Il a publié de nombreux articles et ouvrages dans le domaine de la muséologie, de l’économie de la culture ou de la médiation culturelle dont les plus récents sont :
Zbynĕk Z. Stránský et la muséologie. Une anthologie (L’Harmattan, 2019, dir.), La médiation culturelle (PUF, 2018, avec B.N. Aboudrar), Enquête sur les pratiques savantes ordinaires (Le bord de l’eau, 2017, avec J. Le Marec), Accueillir et surveiller. Les métiers du gardien de musée (La Documentation française, 2017, éd. Avec A. Monjaret), Gestion de projets culturels (Armand Colin, 2016), Nouvelles tendances de la muséologie (Documentation française, 2016, dir.), Economie des arts et de la culture (Armand Colin, 2015, avec F. Rochelandet), Le culte des musées (Académie royale de Belgique, 2014).


Conférence à l'auditorium du musée
Entrée libre, dans la limite des places disponibles.