Science ouverte

Université Côte d’Azur entend mobiliser l’ensemble de sa communauté scientifique pour s’engager résolument sur la voie de la science ouverte, en accord avec le plan national pour la science ouverte de juillet 2018, les préconisations de la Coordination des Universités de Recherche Intensive Françaises et en tenant compte de la feuille de route du CNRS pour la science ouverte du 18 novembre 2019

Accès ouvert aux publications

Avec l’appui de son Service Commun de la Documentation, Université Côte d’Azur aide ses membres à déposer leurs publications sur HAL.
Le SCD offre également aux chercheurs et enseignants-chercheurs un outil d’éditorialisation à partir de HAL.
Université Côte d’Azur soutient une quinzaine de revues électroniques émanant de ses unités de recherche en sciences humaines et sociales qui offrent des publications en texte intégral sans embargo et en accès gratuit : Revues électroniques de l'université.

Ouverture des données de la recherche

Université Côte d’Azur invite ses chercheurs à ouvrir leurs données en veillant au respect des principes F.A.I.R. (Faciles à localiser, Accessibles, Interopérables, Réutilisables) grâce aux outils mis à disposition par l’Institut de l’Information Scientifique et Technique.

Développement des compétences en science ouverte

En étroite collaboration avec l’URFIST Méditerranée, Université Côte d’Azur œuvre à la diffusion des connaissances et au développement des compétences en science ouverte. Elle apporte son soutien aux rencontres scientifiques autour de la science ouverte, telle que la semaine de la science ouverte.

Science ouverte et évaluation

Conformément aux recommandations de la Conférence des Présidents d’Université du 14 mai 2020, Université Côte d’Azur a introduit le critère de la science ouverte dans l’évaluation des enseignants-chercheurs et des unités de recherche.

Promotion de la science ouverte dans les échanges internationaux

Université Côte d’Azur est partenaire du projet MINERVA (Strengthening research management and open science capacities in Higher Education Institutions in Moldova and Armenia) et du projet Oberred.