L’écosystème L@UCA

Le déploiement progressif de L@UCA concerne les 14 000 étudiants de l’Université Côte d’Azur inscrits en licence générale sur cinq campus différents (Carlone, Trotabas, Valrose, Saint Jean d’Angély, STAPS), dans de nombreux domaines disciplinaires (sciences et technologies, sciences de la vie, économie-gestion, STAPS, droit, lettres, langues, culture, art, sciences humaines et sociales…), et les 800 enseignants qui les accompagnent. L’écosystème du projet s’organise autour de 9 thématiques.

Des enseignants soutenus dans leur pédagogie

Les enseignants, tout en gardant leur liberté pédagogique, sont soutenus s’ils le souhaitent : des ingénieure.s. pédagogiques dédié.e.s sont là pour les accompagner sur les nouveaux outils (syllabus, plateforme numérique…). Des journées thématiques permettent de présenter les bonnes pratiques locales ou extérieures et d’échanger sur les résultats positifs et sur les difficultés, et des formations sont proposées à la fois par le projet et par le Centre d’accompagnement pédagogique de l’établissement.
Par ailleurs, le projet permet aussi de financer, par le biais d‘appels à projet annuels, le matériel pédagogique et l’équipement numérique accompagnant ces transformations.

Des espaces de formation repensés

Les pédagogies actives sont facilitées par des espaces adaptés : conviviaux et agréables, modulables pour s’adapter au travail en groupe grâce à du mobilier facilement déplaçable et/ou repliable, ces espaces favorisent les interactions entre les étudiants et les enseignants et entre les étudiants eux-mêmes. Le projet finance la réalisation de ces espaces (travaux, mobilier), aussi bien pour les salles de cours et amphithéâtres que pour les tiers lieux (bibliothèques, halls, espaces de coworking, éventuellement extérieurs).

Une professionnalisation accrue

Un étudiant sur quatre ne poursuit pas au-delà de la première année de licence, et parmi les diplômés, un sur cinq ne poursuit pas ses études après l’obtention de son diplôme de licence.  
Le projet L@UCA vise à favoriser l’employabilité des étudiants de licence, et plus particulièrement de ces étudiants qui ne poursuivent pas leurs études, en leur proposant des modules spécifiques et en développant les partenariats avec le monde socio-économique pour proposer des sorties professionnalisantes. 

Flexibilité des parcours

Progressivement, les étudiants peuvent choisir des parcours plus diversifiés et transdisciplinaires, grâce à la mise en place de diplômes aux mentions « larges » en plus des mentions disciplinaires existantes, sur le modèle de la mention Sciences et technologies mise en place en 1e année de licence en 2018. Cette mention « Sciences et technologies » permet de s’orienter ensuite vers une mention disciplinaire (chimie, mathématiques, informatique, électronique, physique, sciences de la terre, sciences de la vie) ou de rester sur un diplôme transversal permettant aussi bien de poursuivre ses études dans un master transdisciplinaire que de s’insérer sur le marché du travail.

Des étudiants engagés

Les étudiants sont des parties prenantes essentielles du projet et sont consultés via le Conseil étudiant sur les différentes actions financées. Les expériences extra-universitaires sont souvent cruciales pour que les étudiants puissent se construire personnellement et professionnellement ; le projet soutient les initiatives étudiantes et leur valorisation, et notamment les programmes existants déjà comme le Fab Lab du campus Valrose et Invent@UCA (lien ?). Enfin, le projet propose régulièrement des offres de volontariat en service civique orientation et des contrats étudiants.

Une transformation pédagogique

C’est l’axe majeur du projet, qui vise à permettre une transformation des enseignements à la fois dans leur organisation et dans les pratiques pédagogiques mises en œuvre, y compris dans l’utilisation du numérique. Ces méthodes d’apprentissage sont adaptées à des publics hétérogènes et centrées sur l’étudiant, ses besoins et ses façons d’apprendre. Elles permettent de contextualiser les connaissances acquises.

Mon enseignement un objet de recherche

Il s’agit d’appliquer les méthodes de la recherche à l’enseignement, en développant des modalités spécifiques d’évaluation de ses propres cours afin de permettre une évolution des pratiques et de nourrir la réflexion de toute la communauté.

Une orientation renforcée 

C’est aussi un axe important du projet, qui vise d’abord à mieux accompagner et préparer les élèves à l’entrée à l’Université. Pour cela, il s’agit de mobiliser les personnels du secondaire et du supérieur pour proposer des séquences de familiarisation dès le lycée et pour mieux expliquer le fonctionnement et les attendus des formations de licence. Il s’agit ensuite de mieux accompagner les étudiants pendant leur cursus, en leur donnant toutes les informations nécessaires pour qu’ils puissent construire leur parcours au sein d’une offre de formation plus flexible, offrant plus de possibilités de parcours atypiques. 

Une approche par compétences pour chaque diplôme

Face à la croissance des connaissances dans tous les domaines, Il est primordial que les étudiants apprennent à apprendre, en autonomie. L’enseignant doit placer l’étudiant en situation d’appliquer, d’utiliser les contenus. Il s’agit donc de passer d’un enseignement essentiellement transmissif à un enseignement centré sur la mise en situation et la démonstration par les étudiants des compétences développées au sein des parcours de formation. L’étudiant peut ainsi construire une trajectoire de développement de ses compétences qui lui est propre, selon ses forces et faiblesses et en fonction de son projet personnel et professionnel.